Recrutement des normaliens étudiants

, par Administrateur

Département Littératures et langage

Le département Littératures et langage recrute des étudiantes et étudiants issus des Universités et des CPGE, par la voie du Concours normalien étudiant Lettres (CNEL). Au moment de leur candidature, les candidats doivent être inscrits dans une formation de niveau L3 ou équivalent.

 

COMMENT PRÉSENTER VOTRE CANDIDATURE ?

L’ensemble du dossier sera déposé en ligne uniquement via l’application dédiée dont le lien se trouve sur le site général de l’Ecole Normale Supérieure.

Le dossier de candidature comprendra a minima les pièces indiquées sur la page "Recrutement des normaliens étudiants en Lettres, § "Organisation générale".

Les candidats peuvent présenter leur candidature dans deux départements. S’ils sont déclarés admissibles par ces deux départements, ils devront choisir le département pour lequel ils passeront les épreuves d’admission (et auquel ils seront rattachés en cas de réussite au concours).

Nous vous invitons vivement à consulter la page d’informations générales consacrée au concours.

 

PHASES D’ADMISSIBILITÉ ET D’ADMISSION

La sélection comporte une phase d’admissibilité sur dossier suivie de deux épreuves d’admission (une épreuve écrite et un entretien oral). Cette sélection est effectuée par un jury d’enseignants-chercheurs du département Littératures et langage qui évalue l’aptitude du candidat à la recherche en littérature, linguistique, langues et civilisations étrangères, selon la nature du projet de recherche et d’études présenté.

Outre la littérature française et comparée, le département Littératures et langage accueillera les projets de recherche et d’études portant sur les domaines étrangers suivants : littérature anglophone, littérature arabophone, aire germanophone, aire hispanophone, littérature et civilisation italiennes, études slaves.

Les critères de sélection des dossiers en vue des épreuves d’admission sont à la fois l’excellence du candidat dans son cursus scolaire et universitaire, et l’adéquation entre son projet et la formation dispensée par le département Littératures et langage.

Candidates et candidats sont invités à lire attentivement les rapports du jury publiés annuellement sur le site de l’ENS (lien) et à prendre connaissance des informations présentées sur cette page.

 

DESCRIPTIF DES ÉPREUVES D’ADMISSION

- Une épreuve écrite de 3 heures.

Les étudiantes et étudiants qui postulent au département Littérature et langages disposeront de 3h pour analyser un ou deux extraits de texte (littéraire, critique ou théorique). Ils seront guidés dans leur analyse par une question générale et, éventuellement, par une question secondaire en lien avec le corpus retenu dans leur projet de recherche.

Les candidates et candidats en littératures et civilisations étrangères travailleront sur un ou deux textes et seront guidés par une ou deux questions. Texte(s) et question(s) seront dans la langue étrangère choisie par la candidate ou le candidat, et la rédaction de l’épreuve se fera dans cette même langue. L’usage du dictionnaire n’est pas autorisé. Un passage ciblé pourra donner lieu à un bref exercice de traduction.

- Un entretien individuel de 20 minutes avec le jury du département.

Au cours de cette audition la candidate ou le candidat commencera par présenter son parcours et son projet d’études et de recherche (10 minutes maximum). Suivront 10 minutes de questions qui pourront porter sur certains aspects du dossier présenté par la candidate ou le candidat, sur ses lectures personnelles, ses centres d’intérêt, son projet d’orientation professionnelle, ainsi que sur la façon dont elle ou il entend composer sa scolarité à l’ENS. Pour les candidats en littératures et civilisations étrangères, l’entretien sera très largement conduit dans la langue étrangère choisie.

 

Le jury du département Littérature et langages soumettra ses propositions de recrutement au jury plénier de l’ENS Lettres. Les candidates et candidats seront informés des résultats à l’issue de ce jury.

 

SCOLARITÉ DES ÉTUDIANTS NORMALIENS À L’ENS

Les étudiants admis suivent une scolarité de trois ans à l’ENS. Il leur est possible d’intercaler, au cours de cette période, plusieurs années ou semestres de césure.

Au cours de leur scolarité, les étudiants normaliens valident un Master orienté recherche, soit à l’ENS (par ex. le Master Littératures du département Littératures et langage), soit à l’Université. Ils peuvent également candidater au statut d’auditeurs libres admis à préparer l’une des agrégations de lettres ou de langue préparées au sein du département Littératures et langage.

Notez que le Concours étudiant normalien est distinct du processus de recrutement en Master, mais que les étudiants normaliens sont bien sûr invités à s’inscrire, s’ils le souhaitent, au parcours de Master "Littératures" porté par le département.

Chaque année, les étudiants s’inscrivent au Diplôme de l’ENS et valident parallèlement à leur cursus universitaire un certain nombre de cours offerts à l’ENS dans leur département principal de rattachement et dans les autres départements. Ils peuvent également effectuer des stages (dans l’administration publique ou dans le secteur privé, en France ou à l’étranger), ainsi que des séjours d’études et d’échanges internationaux avec les institutions partenaires, afin de valider des « expériences d’ouverture » dont fera mention leur Diplôme.

Les étudiants normaliens ont enfin la possibilité de candidater aux contrats doctoraux spécifiques, à l’issue de leur scolarité à l’École.
 

RAPPORT DE JURY DE LA SESSION 2023

Le jury du Département Littératures et langage se compose de deux commissions : une commission « Langues et littératures étrangères », qui examine les dossiers de candidat(e)s dont le projet de recherche se situe dans les domaines étrangers suivants : anglophone, arabophone, germanophone, hispanophone, italophone, études slaves ; et une commission « Littérature française et comparée », qui évalue les dossiers des candidat(e)s en littérature française, francophone et comparée. C’est le jury du Département qui décide, sur la base du projet de recherche, d’attribuer les dossiers à l’une ou l’autre des deux commissions.

Vue d’ensemble

Le jury du Département Littératures et langage a reçu 80 dossiers de candidature en 2023, dont 13 dossiers en langues et littératures étrangères, et 67 dossiers en littérature française, francophone et comparée.

35% des candidat(e)s étaient inscrit(e)s dans un cursus universitaire (souvent après deux années de CPGE) ; 65% se trouvaient en CPGE.

72,5% des candidat(e)s étaient inscrit(e)s dans des établissement de Paris et d’Ile-de-France.

16 candidat(e)s ont été retenu(e)s pour passer les épreuves d’admission (6 en langues et littératures étrangères et 10 en littérature française et comparée).

8 ont été proposé(e)s pour l’admission (4 en langues et littératures étrangères et 4 en littérature française et comparée), ce qui correspond à 10% des candidatures : ce taux d’admission est inférieur à celui de l’an passé (12%), mais reste supérieur à celui des années précédentes (taux de sélectivité : 6,3% en 2021 ; 5,8% en 2020 ; 6,1% en 2019).

Les objectifs de parité hommes/femmes et de diversité sociale sont atteints, avec 37,5% de boursiers parmi les admis (30% parmi les candidats) et 87,5% de femmes (70% parmi les candidats)

Évaluation des dossiers

Le jury a évalué : la formation des candidat(e)s ; leur aptitude à la recherche ; la qualité du projet proposé ; l’adéquation entre le projet présenté et la formation dispensée par le département Littératures et langage.

Le jury apprécie en particulier : la clarté et l’intérêt du propos ; l’originalité éventuelle de l’objet étudié ou de la méthode suivie ; la connaissance du domaine concerné ; la conceptualisation et le raisonnement. Rappelons que ce projet n’est pas un travail achevé : il peut présenter des lacunes ou des imperfections qui ne seront pas rédhibitoires.

Le jury prend aussi en considération les résultats académiques dans les matières pertinentes pour la scolarité à l’ENS au département de Littératures, ainsi que le parcours général des candidats. Rappelons que les étudiants de CPGE doivent insérer dans leur dossier les relevés de notes du concours, qui font partie de leurs résultats académiques, même si le jury n’attribue pas à ces résultats un poids déterminant dans ses délibérations. L’attention se porte aussi sur la singularité des profils et des projets professionnels. La lettre de motivation est le bon lieu pour expliquer éventuellement les points atypiques du dossier ou y clarifier la chronologie du parcours.

Le projet de recherche

Quelques précisions peuvent être apportées sur le projet de recherche, exercice a priori nouveau pour les candidats. Les projets, quelquefois bien développés et détaillés, témoignent d’un travail sérieux et approfondi.

Dans l’ensemble, le jury tient à féliciter les candidats pour la qualité et la bonne tenue des projets qui ont été proposés : centrés sur un sujet clairement défini, ciblé sur certaines œuvres bien connues, appuyés sur quelques références bibliographiques.

Il n’est pas nécessaire, à ce stade, d’avoir choisi un parcours de master ni un directeur de recherche. Le projet est avant tout considéré par le jury du point de vue de la qualité de la réflexion personnelle qui y est proposée, non en fonction de considérations de rattachement institutionnel. Rappelons en effet que le CNEL est une sélection pour la scolarité normalienne, non pour un master : les étudiants normaliens pourront ensuite poursuivre ce projet de recherche soit à l’ENS (dans le parcours « Littératures : théorie, histoire » de la mention Humanités de PSL où ils sont naturellement bienvenus), soit dans un autre établissement universitaire d’Île-de-France. Le projet indique une orientation, mais il pourra être transformé dans la suite de la scolarité et ne fixe pas le destin du candidat.

À titre indicatif, lors de cette session, nous avons reçu des projets variés, s’inscrivant tantôt dans le champ de la littérature comparée (mettant en relation la littérature de langue française avec les littératures de diverses autres aires linguistiques et culturelles), tantôt dans le champ de la littérature française ou étrangère. Les projets portent sur des périodes variées, du Moyen-Âge au XXIe siècle. Bien sûr, les aires et les périodes sont inégalement représentées parmi les candidatures, mais ce point n’est pas un critère pour le jury.

Les dossiers qui ne comportent aucun projet de recherche ne sont pas prioritaires pour le jury.

Phase d’admission

L’épreuve écrite est destinée à évaluer la capacité des admissibles à proposer rapidement une réflexion littéraire pertinente et précise.

Pour les littératures étrangères, le document proposé à l’étude consiste en un extrait textuel dans la langue de spécialité du/ de la candidat-e en lien avec le projet de recherche soumis. Ce document n’appartient pas forcément au corpus du projet : il peut s’y rattacher par le genre, l’esthétique, l’époque, l’auteur, ou présenter les mêmes problèmes conceptuels, se prêter à l’approche méthodologique suivie par le candidat, etc. Le sujet peut également comprendre un passage à traduire.

Le texte proposé par la commission « Littérature française et comparée » est commun à tous les candidats et est accompagné d’une ou plusieurs questions d’analyse du texte et de réflexion personnelle, permettant d’évaluer la qualité de la réflexion littéraire (originalité, rigueur, culture littéraire, finesse d’analyse des textes). Par la durée de l’épreuve, la nature de la question, et l’objectif du CNEL, ce travail se distingue d’une dissertation :

  • Le texte doit être organisé, c’est-à-dire divisé en paragraphes et amenant à une conclusion ; mais le jury n’attend pas forcément un “plan” comme celui, structuré en parties et sous-parties, de la dissertation.
  • Le jury n’attend pas la même impersonnalité de l’argumentation que dans les normes de la dissertation : les expériences esthétiques personnelles sont bienvenues pour nourrir la réflexion, la première personne n’est pas interdite.
  • On valorise néanmoins, tout comme dans les dissertations classiques, les connaissances et la finesse du raisonnement.

L’entretien oral porte sur le parcours (études et expériences passées) et le projet des candidats (projet de recherche, projet d’études à l’ENS, projets à long terme). À ce titre, le jury apprécie une certaine connaissance de l’ENS, et des formations qui sont dispensées par le département Littératures et langage (master Littératures, cours, séminaires de recherche, etc.) ou par les autres départements. Les candidats qui envisagent le master Littératures de l’ENS sont invités à réfléchir aux enseignants susceptibles de diriger leur mémoire.

Il est essentiel aussi de se projeter dans l’avenir. Sans avoir déjà choisi une carrière, à un moment des études supérieures où les possibles sont encore très ouverts, il est important d’y réfléchir, et de se demander en quoi les études à l’ENS prendront sens dans le parcours global des candidats. Précisons d’ailleurs que les normaliens recrutés par le CNEL ne sont pas astreints à l’« engagement décennal » envers l’État : ils ont en ce sens des voies de professionnalisation plus ouvertes que les normaliens recrutés par le concours CPGE.