Cours et séminaire 2023-2024 (S2)

, par Pierre Musitelli

ENSEIGNEMENTS LITTÉRATURES ET LANGAGE

Voici la liste prévisionnelle des enseignements et séminaires 2023-2024.

Les descriptifs de chaque enseignement, avec leurs horaires, dates et salles seront progressivement ajoutés à cette page au moment de la rentrée de septembre.

 

/ SECOND SEMESTRE

Grands Textes Littéraires (S2)

Référent : Thomas Conrad – S2 – 6 ECTS

Lundi, 14h-16h, salle CELAN

Ce cours est particulièrement recommandé aux normaliens de première année du département Littératures, mais il est ouvert à tous les départements et à tous les étudiants. Chaque semestre, trois enseignants-chercheurs du département Littératures proposent d’étudier une œuvre majeure dans leur domaine de spécialité.

Programme et éditions recommandées :

- 22 janvier, 29 janvier, 5 février, 12 février : Les Villes invisibles, d’Italo Calvino, par Pierre Musitelli.

Édition à lire : Les villes invisibles, trad. Jean Thibaudeau, Folio (en italien : Le Città invisibili, Oscar Mondadori).

- 26 février, 11 mars, 18 mars, 25 mars : La Fortune des Rougon, d’Émile Zola, par Thomas Conrad. Édition à lire : Folio, 2007.

- 22 avril, 29 avril, 6 mai : Autrices médiévales : les trobairitz, Marie de France, Christine de Pizan, par Nathalie Koble.

Validation : compte-rendu d’ouvrage critique

 

“Make it new !” Traduire la poésie (textes, histoires, théories)

Cours collectif du département

Référents : Roland Béhar, Nathalie Koble – S2 – 6 ECTS

Lundi, 14h-16h, salle CAVAILLES, 1er cours le 15/01/2024

En lien avec les ateliers de traductions littéraires proposés aux départements littéraires de l’ENS, ce séminaire hebdomadaire, assuré collectivement par le département Littérature et langage, propose une réflexion d’ensemble sur l’histoire, les théories et les pratiques de la traduction poétique en Europe et dans le monde. Chaque séance sera dédiée à un corpus théorique et textuel spécifique, introduit et commenté par un spécialiste, seul ou en tandem. Le séminaire sera prolongé par des partenariats avec le Centre international de Traduction littéraire (CITL) et l’association Atlas. La première semaine de juin 2024, un atelier de traduction poétique d’une semaine sera proposé à 10 participants, cette année autour d’une poète de langue allemande. Cet atelier pourra faire l’objet d’une validation à part dans le cadre du DENS.

Validation : Assiduité et rendu d’un travail de validation

 

Résidence arlésienne de traduction poétique

Nathalie Koble et Roland Béhar – S2 – 6 ECTS - du 26 au 31/05/2024

Séminaire hors-les-murs, au Collège international des traducteurs littéraires (Arles), organisé par le département de Littérature de l’ENS et Translitterae, en partenariat avec l’association ATLAS des traducteurs littéraires.

L’objectif de la « Résidence de traduction poétique ENS-PSL / ATLAS » est d’initier les participants à la traduction poétique, à partir d’un ensemble de textes d’un poète. Cette immersion d’une semaine permettra d’approfondir et de mettre à l’épreuve les acquis théoriques du séminaire « “Make it new !". Traduire la poésie (textes, histoires, théories) » en travaillant sur la poésie vivante, et en faisant l’expérience d’une traduction poétique collective avec des traducteurs professionnels.

en 2023, la langue proposée était l’espagnol, autour de la poésie d’une poétesse madrilène contemporaine, Esther Ramón (née en 1970). Le groupe a traduit son premier livre de poésie, Tundra (Igitur, 2002), avec Laurence Breysse-Chanet, professeure à Sorbonne Université. En 2024, la langue source sera l’allemand. Les participant.e.s traduiront une autrice vivante, avec les traductrices Marion Graf et Camille Luscher.

Les élèves et étudiants qui candidateront pour la résidence sont susceptibles de venir de tous les départements de l’ENS et des autres établissements de PSL. Les candidats retenus seront logés et nourris et auront accès à la bibliothèque du CITL (ouverte 24h/24h). Les cinq jours de travail se composeront de dix demi-journées de 3h, du lundi au vendredi. Le vendredi soir sera organisée une lecture publique des résultats au CITL.

Candidatures à adresser à Nathalie Koble (nathalie.koble@ens.fr), ou Roland Béhar (roland.behar@ens.fr )

 

Sommeil et veille dans la littérature américaine

Gabrielle Adjerad – S2 – 6 ECTS

Jeudi 10h30-12h30, salle CELAN, 1er cours le 25/01/2024

Si la littérature américaine est souvent associée au trope de la route et du mouvement, ce cours explore son contraire : la quête de répit et de léthargie, l’impossibilité de trouver le repos. Des atmosphères gothiques et de l’inconscient effrayant du film noir aux symptômes sociaux plus contemporains et aux crises existentielles associées aux maladies de l’insomnie et de l’hypersomnie, nous nous intéresserons particulièrement aux connotations historiques attachées au domaine de la nuit. Nous verrons également comment les textes peuvent nous hypnotiser ou nous maintenir éveillé·e·s. Nous nous intéresserons notamment à l’influence de traditions ésotériques et spirituelles sur la littérature américaine du vingtième siècle. Ceci nous permettra de réfléchir aux effets de la lecture, aux vertus thérapeutiques du texte comme ce qui pourrait « endormir » la douleur, ou faire connaître des états de conscience modifiés proche du sommeil. Ce schème qui traverse des siècles de littérature américaine sera interrogé à travers des textes littéraires et philosophiques, des discours politiques, des œuvres picturales et des films. Notre cours étudiera des textes critiques allant de l’interprétation psychanalytique des rêves à des œuvres politiquement engagées louant l’importance de l’onirisme pour dessiner un avenir utopique. Nous les confronterons à une rhétorique de l’éveil critiquant la torpeur comme passivité.

Extraits de textes étudiés : “The Legend of Sleepy Hollow” and “Rip Van Winkle”- Washington Irving, Cane – Jean Toomer, Will You Please Be Quiet, Please ? - Raymond Carver, My Year of Rest and Relaxation – Ottessa Moshfegh, Parable of the Sower – Octavia E. Butler, The Teachings of Don Juan : A Yaqui Way of Knowledge – Carlos Castaneda, Bluets –Maggie Nelson.

Validation : essai/production créative ou exposé

 

« American Theory »
Gabrielle Adjerad, Solange Manche - S2 - 6 ECTS

Mardi - 16h00/18h00 - 1ère séance le 23/01/2023, salle CELAN

Le terme de « French theory » est bien connu pour désigner un ensemble de textes philosophiques et théoriques français qui ont eu un très grand retentissement aux États-Unis à partir des années 1970, alors que leurs auteurs, parmi lesquels Hélène Cixous, Gilles Deleuze, Jacques Derrida ou Michel Foucault, étaient relativement marginalisés en France. Lus et relus par les Américains, ces textes sont le terreau dans lequel ont pu s’enraciner nombre de réflexions que l’on examinera dans ce séminaire : la « théorie américaine » reste encore assez méconnue, mais a recueilli une attention croissante ces dernières années. L’introduction à une diversité d’auteurs permettra de repenser les enjeux de courant de pensée tels que les études culturelles, les études postcoloniales et post-postcoloniales, les études de genre, au prisme de la crise intellectuelle américaine contemporaine.

Validation : compte-rendu de lecture d’un ouvrage au choix en lien avec le séminaire et la recherche individuelle des participant-es.

 

Poésie américaine II : « Prose Poems »

Hélène Aji - S2 - 6 ECTS

Mardi 10h30-12h30 - 1er séminaire le 23 janvier 2024, salle CELAN

Se jouant de la forme poétique, la poésie américaine va souvent directement à la rencontre de la prose, manière de rompre visiblement avec les conventions du vers poétique et d’explorer de nouveaux modes de poéticité. Loin d’être « sans forme », les textes « en prose » qui en résultent élaborent une relation plus fluide au lectorat, permettent des performances multiples et s’ancrent, tantôt avec gravité, tantôt avec humour, toujours avec distanciation, dans l’expérience collective. Convergeant avec la réflexion des poètes Robert Fitterman et Vanessa Place à propos de la dimension allégorique du texte poétique qui devient le laboratoire de narrations alternatives aux « grands récits » dominants, les poètes étudiés dans ce séminaire tentent de revoir leur relation au réel et, en le décrivant, de le transformer.

Grâce au soutien de l’EUR Translitterae, le séminaire accueillera l’écrivain Lou Rowan.

Bibliographie :

Jackson Mac Low, Doings, Assorted Performance Pieces, 1955-2002, Granary Books, 2005.

David Antin, i never knew what time it was, University of California Press, 2005.

Carla Harryman, Adorno’s Noise, Essay Press, 2008.

Lou Rowan, Alphabet of Love Serial, Reality Street, 2015.

Kenneth Goldsmith, The Weather, Make Now Press, 2005.

Vanessa Place, Last Words, Dis Voir, 2015.

Validation : reader’s response report sur un texte librement choisi en lien avec le séminaire (environ 2000 mots).

 

Littérature moderniste anglophone  : “Fictions of Agression” »

ATTENTION : séminaire annulé et reporté à l’année prochaine 2024-2025

Ne pas le choisir dans son programme d’études en 2023-2024

Hélène Aji - S2 - 6 ECTS

Jeudi 14h-16h - 1er séminaire le 25 janvier 2024, salle CELAN

Reprenant comme ligne directrice les acquis critiques et théoriques de l’ouvrage de Fredric Jameson sur Wyndham Lewis (Fables of Aggression : Wyndham Lewis, the Modernist as Fascist, University of California Press, 1979), de nombreuses études ont utilisé les outils de l’idéologie, de la psychanalyse et de la narratologie pour lire ou relire les textes de colère et de violence qui émaillent la littérature anglophone du XXe siècle. Si dans l’étude de cas menée par Jameson, la conclusion redéfinit Wyndham Lewis comme un des ténors du fascisme moderniste, aux côtés d’Ezra Pound et, de manière peut-être moins flagrante, de T.S. Eliot, et dessine les contours d’une compromission politique catastrophique, il est possible de voir des stratégies comparables à l’œuvre dans la protestation et la revendication de causes humanistes et éthiques : contre le racisme, contre la mysogynie, contre l’homophobie, contre la misanthropie… Ce sont les sujets de ce séminaire dont l’objectif est voir ce que peuvent nous apprendre les « fictions d’agression » en des temps où les questionnements sur la violence faite à autrui sont particulièrement pressants.

Grâce au soutien de l’EUR Translitterae, le séminaire accueillera un professeur invité, Douglas Mao (Johns Hopkins University) pendant le mois de mars.

Bibliographie :

Recueil de textes choisis dans les œuvres suivantes (par ordre alphabétique) :

E.L. Doctorow, Welcome to Hard Times

Ralph Ellison, Invisible Man

Wyndham Lewis, Tarr

Jean Rhys, Voyage in the Dark

Jean Toomer, Cane

William Carlos Williams, The Knife of the Times

Virginia Woolf, A Room of One’s Own.

Validation : compte-rendu de lecture d’un ouvrage anglophone critique ou théorique au choix en lien avec le séminaire.

 

Séminaire Institut des Amériques / ENS : Perspectives transaméricaines

Contacts et inscriptions : Hélène Aji et Roland Béhar - annuel – 6 ECTS

En général chaque premier mardi du mois ; lieu et horaires à définir

Le séminaire mensuel « Perspectives transaméricaines » se propose de confronter les visions de chercheurs travaillant sur les différents territoires et aires culturelles des Amériques et de la Caraïbe. À chaque séance, deux brèves interventions sur un même thème et sur différentes régions du continent seront reprises par un discutant, qui donnera également la parole à la salle. L’interdisciplinarité sera favorisée dans ce séminaire largement ouvert. Chaque séminaire implique au moins un spécialiste de l’Amérique latine et un de l’Amérique du Nord.

Le Comité d’organisation se compose de Diana Burgos-Vigna (Université Paris Nanterre), Françoise Le Jeune (Université de Nantes), Robert Boyer (EHESS) et Roland Béhar (École Normale Supérieure).

Ce cycle de formation transdisciplinaire par la recherche implique la participation aux séminaires (14h) et à une journée d’études au choix parmi les journées labellisées par l’Institut des Amériques (au choix dans l’agenda en ligne https://www.institutdesameriques.fr/).

Validation : compte-rendu individuel ou collectif d’une séance du séminaire ou d’un atelier de la journée d’études (écrit ou brève vidéo) en vue de sa publication sur le site web de l’Institut des Amériques.

 

Grammaire du russe moderne (préparation à l’agrégation)

Olivier Azam – S1 et S2 – 6 ECTS

Lundi de 14h à 16h, bureau 16. Premier cours le 18 septembre 2023.

Ce cours de grammaire est avant tout une préparation à l’épreuve de grammaire hors programme et il est donc prioritairement destiné aux agrégatifs de russe, mais il pourra également être suivi avec profit par tout russisant, spécialiste ou non, ayant déjà atteint un bon niveau et désireux de consolider et d’approfondir ses connaissances.

Jusqu’aux écrits de l’agrégation, ce cours a lieu une semaine sur deux en alternance avec le cours de thème russe.

Après les écrits de l’agrégation, ce cours se poursuivra jusqu’à la fin de l’année avec une fréquence hebdomadaire.

 S1 et S2

Interrogation écrite ou exposé sur une question de grammaire à l’issue de chaque semestre.

 

Slave commun, vieux slave et vieux russe. L’histoire complexe du russe littéraire moderne

Olivier Azam – S1 et S2 – 6 ECTS

Mardi de 16h à 18h, bureau 16. Premier cours le 19 septembre 2023.

Ce séminaire hebdomadaire partira d’une présentation du slave commun récent, état le plus proche de nous de la langue reconstituée à l’origine de toutes les langues slaves modernes. Cette présentation s’accompagnera d’une initiation au vieux slave (vieux bulgaro-macédonien) et au vieux russe littéraire ou slavon russe ainsi que d’une introduction à l’histoire du russe littéraire, celle de relations complexes entre la langue écrite liturgique (d’origine vieux-slave) et le russe vernaculaire.

Le séminaire, qui se tiendra en français, est ouvert à tous, slavisants ou futurs grammairiens et linguistes, ainsi qu’aux élèves qui étudient une langue slave et désirent acquérir une perspective diachronique.

Validation : devoir de linguistique diachronique ou de linguistique synchronique portant sur le slave commun, le vieux russe ou le vieux slave (questions et exercices de contrôle des connaissances acquises à la fin de chaque semestre).

 

Lecture et commentaire linguistique de textes vieux-slaves ou vieux-russes

Olivier Azam – S1 et S2 – 6 ECTS

Mercredi de 16h à 18h, bureau 16. Premier cours le 20 septembre 2023.

Ce séminaire constitue le pendant pratique du cours théorique sur l’histoire complexe du russe moderne. Il n’est pas réservé aux agrégatifs, mais il leur est prioritairement destiné. Il suppose d’avoir une solide connaissance du russe moderne (ou d’une autre langue slave orientale) ou bien de suivre ou d’avoir suivi le séminaire théorique d’histoire de la langue. 

Validation : Traduction et commentaire linguistique d’un texte vieux-slave ou vieux-russe.

 

Voie obvie, voie oblique (1). Choix de poèmes de Paul Celan. 

Bertrand Badiou – S2 – 6 ECTS

Jeudi, 13h30-15h30, bureau AB118-119, couloir entre escaliers A et B, à côté de la salle des Résistants

Un intérêt particulier sera accordé à l’inscription et à l’interprétation poétique d’événements historiques : Shoah, bombe atomique, lancements de satellites, guerre du Vietnam, Mai 1968, exploration lunaire…

La réflexion de François Jullien au sujet de la poésie chinoise dans Le détour et l’accès (1995) sera de fil conducteur du séminaire : « La poésie chinoise n’est descriptive ni du concret ni de l’essence, elle n’est ni mimétique (et par là pittoresque) ni non plus symbolique. Mais elle est allusive, par application pointue – ou qu’on laisse indécise : en devenant alors indéfiniment extensive, sa valeur d’allusion réussit à dire la profondeur, non explicitable, de l’émotion. Ce qui nous ramène à cet écart des perspectives : la poésie chinoise est allusive parce que la perspective chinoise est la relation du dit au non-dit, et que son principe est de valoriser l’implicite ; tandis que la perspective développée par la culture grecque est la représentativité (par rapport à quoi l’implicite n’est qu’un résultat). »

Validation : participation régulière au séminaire, travail d’interprétation oral/écrit d’un poème ou compte rendu de séance. 

 

Le Siècle d’Or espagnol au Miroir des Classiques

Roland Béhar – S2 – 6 ECTS

Mardi, 10h30-12h30, salle INFO 1 LOVELACE

La traduction fait partie intégrante de la littérature et l’histoire de la traduction est donc une composante essentielle de l’histoire de la littérature. Le cours sera consacré à analyser le rôle, dans le développement de la littérature espagnole du Siècle d’Or, des pratiques de la traduction des classiques grecs et latins, mais aussi des œuvres maîtresses de la bien plus récente Renaissance italienne. On comparera originaux et traductions (qui peuvent être souvent multiples, au gré des fluctuations des goûts et des styles, entre XVe et XVIIe siècle) et on s’intéressera tout particulièrement aux discours sur la traduction que l’étude d’un corpus de paratextes des traductions permettra de dégager, tout en envisageant comment ces traductions nourrissent la production littéraire originale.

La constitution d’un tel corpus est une tâche nécessaire pour l’étude à la fois de l’histoire de la traduction dans l’Espagne classique – et, partant, pour l’histoire de la traduction en général – et pour celle de l’essor des lettres qui se produisit dans le dialogue entre traduction et réinvention des genres. Pour ce faire, ce séminaire profitera des travaux du groupe de recherche Translatio, actuellement mis en place avec un consortium d’universités françaises, espagnoles, italiennes et nord-américaines et il offrira aux inscrits de s’initier à la fois aux rudiments de l’édition textuelle de textes espagnols anciens, à la connaissance de l’histoire matérielle du livre au cours des deux premiers siècles de l’imprimerie et enfin aux notions clés de l’analyse historique de la traduction.

Validation : Assiduité et rendu d’un travail de validation (travail de synthèse d’un ouvrage ou d’édition et d’étude d’un paratexte de traduction, en vue de la constitution d’une anthologie des textes essentiels sur la traduction au Siècle d’Or)

 

L’écrivain et ses langues : littérature européenne, littératures postcoloniales, littérature mondiale

Dominique Combe avec la collaboration de Dominique Jullien, UC Santa Barbara (prof. inv) et Mandana Covindassamy – S2 – 6 ECTS

Cours du Master « Littératures : Théorie, Histoire », ouvert aux étudiants des autres parcours de Master ENS-PSL et du DENS dans la limite des places disponibles

Jeudi 16h-18h, à partir du 25 janvier 2024, salle CELAN sauf le 21/03 (salle en attente)

Dans les Entretiens avec Eckermann, en 1827, Goethe constate : "le mot de littérature nationale ne signifie pas grand chose aujourd’hui : nous allons vers une Weltliteratur". L’expression "littérature européenne", utilisée par Giuseppe Mazzini dès 1829, fait l’objet de controverses. L’historienDipesh Chakrabarty appelle à "provincialiser l’Europe", et Edouard Glissant à "écrire en présence de toutes les langues du monde". Plurilinguisme, traduction, imaginaire des langues sont au coeur de l’idée d’une "littérature mondiale".

validation : travail personnel oral ou écrit (6 ECTS)

 

Littérature et philosophie : Paul Valéry, La Fontaine : poésie et philosophie

Dominique Combe et Jean-Charles Darmon – S2 – 6 ECTS

S2 Cours du Master « Littératures : Théorie, Histoire », ouvert aux étudiants des autres parcours de Master ENS-PSL et du DENS dans la limite des places disponibles

Mercredi 16h-18h, salle CELAN, à partir du 24/01/2024

Dominique Combe : Paul Valéry, poésie et philosophie

Textes de référence : Paul Valéry, La Jeune Parque, Poésies (Poésie/Gallimard ou Garnier-Flammarion) ; Variété I et II, Folio essais

Jean-Charles Darmon : La Fontaine, poésie et philosophie

Validation : travail personnel écrit ou oral

 

Recherches contemporaines en narratologie. 2023-24 : L’acceptabilité des récits.

Coordination : Thomas Conrad – S1 : 3 ECTS ; S2 : 3 ECTS ; S1+S2 : 6 ECTS - Mardi, 16h00/18h00

Séminaire organisé par Olivier Caïra, Thomas Conrad, Anne Duprat, Anaïs Goudmand, John Pier et Philippe Roussin.

Site : http://narratologie.ehess.fr/

1ère séance le mardi 3 octobre.

Dates : 3/10, 17/10, 7/11, 21/11, 5/12, 19/12, 16/01, 30/01, 6/02, 5/03, 19/03, 2/04, 30/04 ; salle Assia Djébar les 03/10 et 17/10, puis U205 MARBO pour les autres dates. 

Ce séminaire est un lieu de discussion, pour les chercheurs, et de présentation, pour les étudiants, des horizons nouveaux qui sont ceux de la théorie narrative internationale. Cette année, c’est la question de l’acceptabilité des récits qui sera au centre de nos réflexions. En effet, des contraintes d’acceptabilité pèsent sur la plupart des récits fictionnels et documentaires : censure, autocensure, autorégulation, etc. Dans l’espace public surgissent ainsi des querelles d’acceptabilité, reflétant des idées conservatrices ou progressistes, qui visent à entraver la circulation des récits, et dont le déroulement n’est jamais joué d’avance. On mettra l’accent sur les aspects proprement narratifs de ces querelles : voies narratives, séquences d’événements, résolutions d’intrigues, etc. Ces aspects peuvent en effet être le point de départ de la querelle, aussi bien que la clé de sa résolution. La variabilité historique et culturelle des contraintes d’acceptabilité permettra d’aborder différentes époques, différentes traditions artistiques et politiques, différents médias au fil des séances. Sur le banc des accusés, on trouvera des œuvres singulières, des genres entiers, voire le Récit lui-même, maintes fois dénoncé comme forme d’expression inacceptable au cours de notre histoire.

Validation : compte-rendu critique

Balzac en perspectives.

Thomas Conrad – S1+S2 – 3 ECTS

Vendredi, 10h30-12h30, salle CELAN sauf le 01/03 (en salle DUSSANE) et le 17/05 (en salle RÉSISTANTS) ; 1ère séance le 26/01/2024

Dates : 26/01 ; 09/02 ; 01/03 ; 29/03 ; 03/05 ; 17/05

Ce séminaire de recherche entend non pas tant « contextualiser » l’œuvre balzacienne, que lui poser des questions d’ordre historique, philosophique, ou poétique, qui ne soient pas spécifiquement balzaciennes, afin de définir la spécificité de Balzac parmi ses contemporains. On explorera le XIXe siècle à partir de Balzac, et vice-versa. 

Châteaux et sépulcres : usages du gothique dans le roman français du XIXe s.

Thomas Conrad – S2 – 6 ECTS

Mercredi, 14h-16h, salle CELAN

Les lecteurs du XIXe siècle ont été fascinés par les « sépulcrales abominations » (P. Féval) du roman gothique anglais, puis de ses imitations françaises. On en connaît bien les motifs (peut-être sans les avoir jamais lus) : châteaux et abbayes, ruines et précipices, décors spectaculaires et mélancoliques, jeunes femmes persécutées et apparitions inquiétantes… Une question simple : si tous ces motifs ont été très tôt repérés, pastichés, parodiés, et dénoncés, dès avant 1800, comment se fait-il qu’ils continuent d’être employés tout au long du XIXe siècle ? à quel moment un motif devient-il un cliché ? On étudiera donc le gothique comme une ressource littéraire qui a servi à plusieurs générations d’écrivains, depuis les origines anglaises du genre (Ann Radcliffe) jusqu’aux fantaisies « néo-gothiques » de Gaston Leroux, en passant par le romantisme frénétique et les romanciers réalistes (Balzac, George Sand).

Œuvres étudiées : George Sand, Mauprat ; Gaston Leroux, Le Fantôme de l’Opéra

Validation : exposé ou étude sur une œuvre

 

 « Littérature et morale à l’Âge classique » : formes littéraires et ressources de la pensée morale
Jean-Charles Darmon (USR République des savoirs/CRRLPM), Emmanuel Bury (Université de Paris Sorbonne/CELLF, membre associé du CRRLPM) et Louise Gérard (doctorante ENS/PSL/USR République des savoirs) - – S2 – 6 ECTS

Lundi - 16h-18h, salle CELAN, 1er cours le 22/01/2024

Formes littéraires et ressources de la pensée morale 

Le propos de ce séminaire s’inscrit dans une réflexion sur les formes de la pensée morale à l’âge classique poursuivie dans le cadre de Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale (UAR « République des savoirs). Il s’agira , dans le prolongement des travaux des années précédentes, et dans le sillage du volume publié tout récemment par notre équipe Penser par maximes : La Rochefoucauld dans la République des Lettres (Hermann, 2022) de réexaminer la poétique et la pratique des différents genres littéraires en s’interrogeant sur les types d’expérience morale et de questionnements axiologiques auxquels ils furent liés, entre Age Baroque et Lumières. De manière plus générale, on voudrait s’attarder sur l’émergence, entre modèles anciens et horizons anthropologiques modernes, de nouveaux types de relations entre littérature, philosophie et morale.

Cette année, un cycle de séances (désignées par « C2 » ci-dessous, coorganisées avec Nicolas Correard, et s’inscrivant dans le cadre de l’action incitative ENS-PSL « Figurer et penser l’animal entre littérature, philosophie et sciences » sera plus spécifiquement centré sur les figures de l’animal et de l’animalité, et les ressources qu’elles purent offrir à la pensée morale d’un genre à l’autre, d’un moment à l’autre.

1)22 janvier J.-Ch. Darmon, E. Bury, L. Gérard : « Formes littéraires et ressources de la pensée morale : problématique d’ensemble, questions diverses »

2) 29 janvier J.Ch. Darmon, N. Correard (Nantes/RDS-PhilOfr) : « Figures de l’animalité et pensée morale d’un genre à l’autre : remarques liminaires » (C.2)

Nicolas Correard : « L’animal satirique, entre allusion politique et moralisation (XVIe-XVIIe) » 

3)5 février Stéphane Van Damme (ENS, département d’Histoire/IHMC) : « Les voyageurs du doute : figures d’un altermondialisme libertin à l’âge classique »

4)12 février Blandine Perona (Valenciennes, IUF) : « Déclamation et philosophie morale au début de l’époque moderne - La rhétorique contre la présomption. »

5)26 février Michael Moriarty (Cambridge) : « Jean Racine et les sentences dans Bajazet et Mithridate » 

6)4 mars Aude Volpilhac-Auger (UCly/ UR Confluence Sciences et Humanités) : « Troubles dans le genre ? Les animaux dans les contes merveilleux de la fin du XVIIe siècle ».

 (C.2)

7)11 mars Myriam Marrache-Gouraud (Poitiers/ FoReLLIS) : « Le caméléon, un animal démoralisé par les cabinets de curiosités » (C.2)

8)18 mars Frédéric Tinguely (Genève) : « De l’animalité critique dans la littérature de voyage (XVIe-XVIIe siècles) (C.2)

9)25 mars Florence Boulerie (Bordeaux/UR Plurielles) : « L’histoire naturelle à l’endroit et à l’envers » (C.2) 

10)5 avril Jean-Charles Darmon (ENS/RDS-CRRLPM) : « Entre épicurisme chrétien et ironie libertine : variations sur les plaisirs de la religion selon Saint-Evremond, d’un genre à l’autre »

 (Attention ! Exceptionnellement, cette séance aura lieu un vendredi, à Sorbonne Université, de 14h à 16h (amphi Michelet) en lien avec le séminaire d’E. Bury consacré au libertinage à l’âge classique.)

11)22 avril Michèle Rosellini (ENS Lyon/IHRIM) : « Les animaux de L’Autre Monde de Cyrano de Bergerac : entre fonctions satiriques et formes du vivant » (C.2)

12)29 avril Mathilde Vanackere (Ministère de l’Europe, RDS-CRRLPM) : « Pensée morale et formes du vivant dans la Correspondance de Sévigné »

13)6 mai Laurence Giavarini (U. de Bourgogne/LIR3S) : « Histoires comiques et liberté de philosopher »

 

La fondation de l’arabe littéraire (autour du VIIIe siècle) : littératures arabes : formes et enjeux de la fiction
Carole Boidin – S2 - 6 ECTS - Cours sur textes bilingues 

Jeudi - 14h00/16h00, salle U209 les 25/01, 01/02, 08/02, 15/02, 29/02, 14/03, 28/03, 25/04 ; salle U207 les 04/04 et 02/05

La civilisation de l’Islam classique s’est dotée d’un outil linguistique – l’arabe – dans lequel va s’exprimer la vie intellectuelle, littéraire, philosophique et scientifique de sociétés très diverses, de l’Espagne à l’Asie centrale, pendant des siècles voire, pour beaucoup d’entre elles, jusqu’à aujourd’hui. Or avant la fin du VIIe siècle, cette langue n’est attestée à l’écrit que de façon lacunaire et incertaine. C’est ce processus de fondation d’une langue littéraire écrite sur la base revendiquée d’une culture orale qui fera l’objet de ce cours. 

Ce cours prend la suite du cours "Introduction à la littérature arabe" du premier semestre, mais il n’est pas indispensable d’avoir suivi ce précédent cours. 
 
Il prolonge cette introduction à l’histoire, aux formes et aux enjeux de la littérature arabe, jusqu’aux littératures contemporaines. Après un rappel initial sur les problèmes linguistiques, géographiques, historiques et idéologiques soulevés par la catégorie de « littérature arabe », le cours du second semestre se concentrera sur les formes et les enjeux littéraires, éthiques et esthétiques de la fiction dans l’activité littéraire des mondes arabes, dans les domaines de la narration, de la poésie et du théâtre. 
Nous aborderons les ruptures et continuités avec les périodes anciennes et classiques, après les grandes redéfinitions des XIXe-XXe siècles traditionnellement étudiées sous le nom de « Nahda », où les normes et pratiques littéraires se transforment. D’autres pratiques culturelles seront évoquées, et des liens seront proposés avec la Semaine arabe. 
 
À partir d’extraits d’œuvres de différents statuts, on privilégiera une approche interdisciplinaire, qui tantôt procèdera par genres, tantôt par thèmes. L’évaluation consistera en des travaux individuels ou par groupes autour de textes ou de notions définies en concertation avec l’enseignante.

 

Littérature médiévale et théorie littéraire : « Soft matters. De toiles. Poésie et tapisserie (jadis et aujourd’hui) »

Nathalie Koble – S2 - 6 ECTS

Mercredi, 10h30-12h30, salle U205 MARBO, 1er cours le 17/01

Technique ancestrale qu’on retrouve dans toutes les cultures, la tapisserie entretient avec la parole qui s’expose (poésie, prière, récit) des relations étroites qui dépassent la métaphore évidente portée par le mot textus, saisie de fils entrelacés. Le séminaire explorera cette relation dans des corpus médiévaux, des chansons de toiles au dits pour faire tapisserie du poète Henri Baude (dont le musée de Cluny conserve un exemplaire tapissé) et s’ouvrira à d’autres ères culturelles, en amont et en aval, de Pénélope à Anni Albets. Cette traversée, à la croisée des arts visuels, de l’histoire des techniques et de la littérature, permettra notamment de lire les textes poétiques en mettant en valeur leurs supports, leurs modalités de composition, leur rapport au temps et au pouvoir, leur puissance d’appel. Le séminaire s’ouvrira à la classe de tissage de l’Ecole nationale des Arts Décoratifs.

Nathalie Koble

Validation : contrôle continu, et partage d’un travail collectif autour du corpus.

NB : le cours est ouvert à tous les élèves et étudiants de l’ENS (y compris aux élèves de la Sélection internationale et aux pensionnaires étrangers intéressés), il fait aussi partie du Master cohabilité d’Etudes médiévales (Paris Sorbonne Nouvelle, Sorbonne, PSL).

 

Médiévie. Séminaire de recherche en littérature médiévale : « La dorveille : histoires d’hypnoses. Littérature et fascination au Moyen Age »

Nathalie Koble – S1+S2 – 6 ECTS

Mercredi, 16h-18h, salle CELAN jusqu’au 17/01 puis salle CEA séminaire (DSA) les 07/02, 14/02, 06/03, 20/03, 27/03.

Ce séminaire annuel regroupe une communauté de chercheurs et chercheuses qui croisent, directement ou indirectement, des corpus médiévaux dans leurs travaux. Il aborde collectivement différentes approches critiques des textes dans une perspective transdisciplinaire, en diversifiant les œuvres étudiées. Une journée d’étude proposée en fin d’année constitue l’horizon de la réflexion : elle sera, en 2024, consacrée aux expériences d’hypnose auxquelles certaines œuvres médiévales exposent explicitement. Des poèmes figurés de Raban Maur à la « dorveille » de Villon, en passant par les épisodes d’enchantements romanesques ou de rêve éveillé, les états de conscience modifiés sont multiples dans les textes littéraires du Moyen Age, que ces états soient subis, consentis ou recherchés, énigmatiques ou expliqués : méditation, fantasme, dispositifs magiques, labyrinthes polyphoniques ou figurés, le séminaire explorera les conditions de ces états hypnotiques, et leurs liens à la création.

Validation : exposé ou contribution à la journée d’étude organisée par le groupe Médiévie en partenariat avec l’ITEM et Translitterae en mai 2023 : « Hypnotique Moyen Age : littérature et fascination (poésie, fictions, philosophie) »

 

Masterclasse d’écriture littéraire

Nathalie Koble, Déborah Lévy-Bertherat - S2 - 6 ECTS

Lundi 16h-18h, salle Assia Djébar (29 rue d’Ulm) ; 1er cours le 15/01/2024

Cette formation à l’écriture littéraire, en partenariat avec Translitterae et sous l’égide de PSL, sera assurée, pour cinq séances chacun, par deux écrivains ; chacun d’eux invitera en outre un autre écrivain pour une séance de « carte blanche ». Cette année, les écrivains invités sont Sylvain Prudhomme et Emmanuelle Pireyre.

15 participants maximum, candidatures ouvertes jusqu’au 30 novembre aux élèves et étudiants de toute l’ENS et de PSL.

Validation : assiduité et participation active à l’atelier.

 

Peaux de bêtes (2). Masculinité et animalité dans les contes

Séminaire de littérature comparée
Déborah Lévy-Bertherat - S2 - 6 ECTS

Mercredi 10h30-12h30, salle CELAN, Première séance le 22 janvier 2024

Après les liens entre animalité et féminité, le séminaire abordera, dans ce 2e volet, le versant masculin des contes de « peaux de bêtes » : le fiancé animal, objet de répulsion ou de fascination. La figure renvoie-t-elle à une virilité sauvage, hirsute, voire monstrueuse, dans une initiation sexuelle perçue comme un viol ? L’interdit du regard relève-t-il d’une soumission morale des filles, ou suscite-t-il au contraire l’éclosion d’un female gaze sur le corps masculin, notamment sous la plume des autrices ? Quelle place faire à la douceur du fiancé animal, souvent victime passive d’une malédiction dont l’initiative féminine le délivre ? On explorera diverses variantes du conte « La Belle et la bête », du conte antique d’Apulée « Amour et Psyché », jusqu’au film de Cocteau, en passant par Straparola, d’Aulnoy, Perrault, Villeneuve, Leprince de Beaumont, etc. – dans leurs dimensions esthétiques, anthropologiques, morales et politiques.

Corpus :

Apulée, conte « L’Amour et Psyché » (L’Âne d’or ou les Métamorphoses, IIe s.)

Gianfrancesco Straparola, « Le Roi porc » (Les Nuits facétieuses, 1550)

Marie-Catherine d’Aulnoy, « Serpentin vert » (Les Contes des Fées, 1698), et « Le Prince marcassin » (Contes nouveaux ou Les Fées à la mode, 1698)

Charles Perrault « La Barbe bleue » (Les Contes de ma mère l’Oye, 1697)

Gabrielle-Suzanne de Villeneuve, « La Belle et la bête » (1740) (éditions Folio, Femmes de lettres, 2010).

Jeanne-Marie Leprince de Beaumont, « La Belle et la bête », 1757

Jean Cocteau, La Belle et la bête, film, 1946

Séminaire ouvert en priorité aux élèves et étudiant·e·s de l’ENS, dans la limite des places disponibles. 

Validation par exposé ou mini-mémoire.

 

Littérature et culture d’enfance

Séminaire de recherche ENS/ Afreloce

Déborah Lévy-Bertherat (ENS-PSL, CRRLPM, République des Savoirs) et Mathilde Lévêque (Sorbonne-Paris-Cité) - S1 et S2 – 6 ECTS

Un samedi par mois, 10h30-12h30, en distanciel uniquement

Dates des séances : 07/10, 18/11, 09/12, 20/01, 09/03, 27/04, 11/5/2024 (demander confirmation des dates à Déborah Lévy-Bertherat)

Ce séminaire interdisciplinaire rassemble des chercheur·e·s en littérature, historien·ne·s du livre, sociologues, spécialistes des sciences de l’éducation et anthropologues. Il est organisé en partenariat avec l’Afreloce (Association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l’enfance : www.magasindesenfants.hypotheses.org). Cette année, le séminaire abordera l’actualité de la recherche dans le domaine de la culture d’enfance. La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheur·e·s qu’à des chercheur·e·s confirmé·e·s.

Séminaire ouvert à tou.te.s.

Validation écrite.

 

Introduction à la poésie chevaleresque de la Renaissance : Roland furieux (L’Arioste) et La Jérusalem délivrée (Le Tasse)

Pierre Musitelli - S2 - 6 ECTS

Mardi, 10h30 - 12h30, salle Aimé Césaire, 1er cours le 23/01/2024.

On assiste, dans l’histoire du roman chevaleresque en vers au XVIe siècle, au passage progressif d’une forme ouverte et digressive, fondée sur l’aventure individuelle d’un chevalier errant, sur l’intrication des hasards et des quêtes (représentée par le Roland furieux de l’Arioste), à une forme close, caractérisée par son ordre narratif et par le récit d’une entreprise collective téléologiquement orientée et structurellement définie (La Jérusalem délivrée du Tasse). Ce cours, qui n’exige pas la maîtrise préalable du corpus, envisagera l’évolution de la tradition épique italienne au cours de la « longue Renaissance » et nous conduira à aborder quelques-uns des épisodes les plus célèbres des deux chefs-d’œuvre du genre. Les textes seront proposés en version italienne avec traduction française en vis-à-vis, afin de se prêter à une analyse fine de la poésie de l’Arioste et du Tasse. Le cours est en français.

Editions conseillées :

- L’Arioste, Roland furieux, éd. bilingue, trad. de Michel Orcel, Paris, Seuil, 2000.

- Le Tasse, La Jérusalem délivrée / Gerusalemme liberata, trad. de Jean-Michel Gardair, édition revue et corrigée, Paris, Le Livre de Poche, 1996 ou Le Tasse, Gerusalemme liberata / Jérusalem délivrée, introduction, traductions et notes de Gérard Genot, Paris, Les Belles Lettres, 2008.

Validation par remise d’un commentaire de texte en fin de semestre.

 

Approche linguistique et stylistique du texte littéraire

Anne-Marie Paillet – S2 – 6 ECTS

Mardi - 14h-16h, salle CELAN, 1er cours le 23/01/2024

Programme :

Approche linguistique et stylistique de l’humour : Comment différencier humour et ironie ? Quelles formes, quelles limites, quels enjeux pour l’humour ? Nous étudierons des textes de différents genres, de l’époque classique aux écrivains contemporains (en incluant également certains humoristes).

Possibilité d’un second volet (à confirmer) : l’écriture du sonore dans le roman moderne et contemporain.

Il n’est pas nécessaire d’avoir suivi le cours du premier semestre, mais c’est néanmoins recommandé.

Validation : un écrit ou un oral

 

Atelier Théâtre

Anne-Marie Paillet - S1 et S2 – 6 à 9 ECTS

Mardi - 16h00 - 18h00/18h30, salle DUSSANE du 19/09 au 26/09 puis Assia Djébar (29 rue d’Ulm) du 03/10 au 28/05 ; 1er cours le 19/09/2023

Après Le Misanthrope, que nous espérons reprendre en septembre, nous mettrons en scène deux nouvelles pièces, pour février/mars et fin mai 2024.

Il est aussi possible de venir simplement donner corps et voix à vos textes préférés.

Ouvert à tous (mais nombre de places limité).

Atelier validable uniquement dans le cadre du diplôme de l’ENS.

 

Séminaire de recherche en stylistique Textyle « Lectures sur le fil »
Anne-Marie Paillet avec Cécile Narjoux et Florence Leca-Mercier - S1 et S2 (mensuel) – 3 ECTS

Un vendredi par mois, 14h-16h

Des spécialistes en analyse du discours et en stylistique commentent les sorties littéraires de l’année : dates et programme à préciser

Lieu : Bibliothèque de l’UFR de Langue française de la Sorbonne (entrée rue Saint-Jacques, puis à gauche). Attention : s’inscrire au préalable en écrivant à paillet.anne-marie@wanadoo.fr et à florence.leca@wanadoo.fr (en raison du nombre limité de places) ; un lien permanent vous sera adressé, si vous voulez assister aux séances en visio.

Cours validable pour le Diplôme uniquement

 

Préparation à l’épreuve orale de résumé-commentaire de l’agrégation de russe

Ksenia Rehbinder

À partir de janvier, bureau 16.

Cours réservé aux agrégatifs.

 

Atelier de traduction du français vers l’allemand

Melina Riegel – S2 – 6 ECTS

Jeudi, 10h30-12h30, salle INFO 1 LOVELACE, 1er cours le 25/01/2024

Ce cours porte sur la traduction de textes lyriques de différentes époques du français vers l’allemand. De la poésie du XVIIIe siècle aux textes de la poésie contemporaine, les participant-e-s au cours se familiariseront avec des méthodes pour traduire des textes lyriques. Outre un fondement méthodologique de la pratique de la traduction, ce cours vise à développer les capacités créatives. Les traductions seront réalisées individuellement et en groupe et seront présentées ultérieurement dans le cadre d’une conférence finale.

Validation possible pour la mineure « cultures germaniques ».

Validation : traduction

 

Séminaire de recherche international Léopold Sédar Senghor

Responsable : Claire Riffard – S1+S2 – 6 ECTS - salle INFO 2 SCHWARTZ sauf le 12/06/2024 (salle en attente)

ENS/ITEM CNRS/Université Cheikh Anta Diop, Dakar

Claire Riffard (ITEM/ENS), Edoardo Cagnan (ITEM/Sorbonne),Sébastien Heiniger (ITEM), Alioune Diaw (UCAD), séminaire annuel, validation pour le Master "Littérature : Théorie, Histoire" et le DENS ; voir programme détaillé et modalités de validation sur le site de l’ITEM : http://www.item.ens.fr/senghor-2023/

La figure de Léopold Sédar Senghor intéresse de plus en plus la communauté scientifique, comme le montrent des publications récentes ainsi que quelques colloques et séminaires, mais aussi un public plus large (exposition Senghor et les arts : réinventer l’universel au musée du quai Branly jusqu’en novembre). Ce séminaire de recherche souhaite être un lieu de rencontre dynamique pour penser l’œuvre littéraire de Senghor, son action politique et sa réception. La démarche du séminaire est interdisciplinaire et internationale à l’image de son objet d’étude même, Senghor, qui a été poète, théoricien, philosophe, homme politique, sénégalais et francophone…

Validation : assiduité et travail personnel à rendre (mini-mémoire d’une quinzaine de pages)
En sus des 10 séances de séminaire, deux séances particulièrement destinées aux étudiants de l’ENS sont prévues les 26 septembre (introduction à Senghor) et 10 octobre (Manuscrits de Senghor à la BnF) de 16h à 18h.

CALENDRIER DES SÉANCES

Mercredi 11 octobre 2023 14h-16h GMT (16h-18h Paris) :

Vincent Debaene (Université de Genève) : « Retours au pays natal et collectes ethnographiques (1937-1945) ».

Jeudi 16 novembre 2023 15h-17h GMT (16h-18h Paris) :

Etienne Smith (CNRS/LAM) : « Senghor (Dia) et Nyerere : socialisme, religion, nation ».

Mercredi 13 décembre 2023 15h-17h GMT (16h-18h Paris) :

Cheikh Thiam (Amherst College) : « Négritude, modernité et l’avenir des études africaines ».

Martin Mourre (IMAf) : « Senghor, Cheikh Anta Diop et l’histoire politique du Sénégal indépendant ».

Jeudi 11 janvier 2024 15h-17h GMT (16h-18h Paris) :

Jehanne Denogent (Université de Cape Town) : «  Publier les arts verbaux africains. Junod, Cendrars, Senghor  : enjeux d’une mise en circulation  ». 

Abdoulaye Sall (UCAD) : « Entre beauté, perfection, difformité et meurtrissures, les représentations du corps chez Léopold Sédar Senghor ».

Jeudi 15 février 2024 15h-17h GMT (16h-18h Paris) :

Bado Ndoye (UCAD) : « Senghor lecteur de Marx ».

Moussa Traoré (UCAD) : « Patrie, peuple et nation chez Senghor : de la communauté naturelle à la société politique ».

Jeudi 14 mars 2024 15h-17h GMT (16h-18h Paris) :

Yohann Ripert (Stetson University) : « Trouver le sens : tour, retour, détour dans la traduction de l’œuvre de Senghor ».

Ousmane Diao (UCAD) : « De la néologie lexicale dans Éthiopiques ».

Jeudi 18 avril 2024 15h-17h GMT (17h-19h Paris) :

Maëlle Gélin (Sciences Po Centre d’histoire) : « Itinéraires anglophones de Senghor : perspective historique de 1956 à nos jours ».

Merve Fejzula (University of Missouri) : « Négritude avant la lettre : L’engagement de la jeunesse intellectuelle dans la presse dakaroise, 1930-42 ».

Mercredi 15 mai 2024 15h-17h GMT (17h-19h Paris) :

Serge Bourjea (ITEM) : « Senghor : “La Négritude métisse” ».

Anna Carolina Coppola(Université Bordeaux Montaigne, rattachée à LAM) : « La fascination de Senghor pour le métissage brésilien et son projet d’une communauté luso-afro-brésilienne (1952-1981) ».

Jeudi 16 mai 2024 15h-17h GMT (17h-19h Paris) :

Estefanía Bournot (ÖAW, Austrian Academy of Sciences) : « Négritude et Amérique Latine : La diplomatie culturelle de Senghor et la construction d’une communauté afro-latine ».

Laura Gauthier Blasi (Universidad Europea de Madrid) : « Senghor, l’indigénisme haïtien et le négrisme cubain ; influences, inspirations, unions et désunions ».  

Mercredi 12 juin 2024 15h-17h GMT (17h-19h Paris) : 

Salim Abdelmadjid (Université Toulouse Jean Jaurès) : titre à venir.

 Dominique Combe (ENS) : titre à venir

 

Lectures de Jorge Luis Borges

Juan Salvador Velecela – S2 – 6 ECTS

Mercredi, 16h-18h - salle HISTOIRE jusqu’au 14/02 inclus, salle en attente pour la suite des séances, 1ère séance le 24/01/2024

Par l’étude de Ficciones (1944) et d’un certain nombre de textes qui entourent cette œuvre, ce cours se propose de dresser un panorama critique et littéraire de l’une des figures les plus marquantes de la littérature de langue espagnole du XXe siècle.

Cours en espagnol.

Validation : exposé, mini-mémoire et assiduité.

 

Représentations de l’altérité dans la littérature du réalisme allemand 

Theresa Wagner – S2 – 6 ECTS

Vendredi, 10h30-12h30, salle INFO 1 LOVELACE, 1er cours le 26/01/2024

Si la littérature allemande de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle a marqué l’Europe de cette époque et lui a donné une impulsion artistique et littéraire majeure, celle qui lui a succédé est moins connue mais reste néanmoins centrale pour la constitution de l’histoire de la nation et de la culture allemandes. La génération du réalisme allemand en littérature a peu à peu abandonné l’idéalisme du romantisme et de la révolution de 1848 pour proposer sa propre définition du réalisme en art et en littérature. Nous explorerons grâce à un corpus d’œuvres tant littéraire que critique (notamment Marie von Ebner-Eschenbach, Theodor Fontane, Wilhelm Raabe et Theodor Storm) ce que sont la définition et les spécificités du réalisme allemand, ce qu’il nous laisse percevoir de cette société dont les espoirs furent déçus après 1848, de sa vie quotidienne en ville et à la campagne, de ses conquêtes coloniales, de son histoire comme de ses valeurs. Dans l’analyse des œuvres de notre corpus, un accent particulier sera mis sur les représentations de l’altérité afin d’approfondir les notions de genre et de classe véhiculées par la littérature de cette époque.

Cours en allemand.

Validation possible pour la mineure « cultures germaniques ».

Validation : assiduité, exposé et mini-mémoire.

 

Atelier de théâtre en allemand : Maria Magdalena de Friedrich Hebbel

Theresa Wagner – S2 – 6 ECTS

Vendredi, 16h-18h, salle CELAN, 1er cours le 26/01/2024

Dans cet atelier, nous mettrons en scène Maria Magdalena de Friedrich Hebbel, pièce écrite en 1843 et considérée comme le dernier drame bourgeois de langue allemande. Des représentations sont prévues à la fin du semestre. Toutes celles et tous ceux qui sont intéréssé.e.s par le jeu théâtral en langue allemande et la création d’une pièce y sont les bienvenu.e.s.

Validation possible pour la mineure « cultures germaniques ».

 

Séminaire général de critique génétique 

ITEM, ENS-CNRS- S1 et S2, mensuel, 7 dates : 12/12, 16/01, 06/02, 12/03, 30/04, 28/05, 04/06 ; amphi Jaurès le 12/12 puis salle Paul Langevin les 16/01, 06/02, 12/03, 28/05 ; salle en attente les 20/04 et 04/06