Penser l’exil aujourd’hui

, par Pierre Musitelli

 

Responsables : Valentine Meyer, Sophie Marty, Rimane Karam

 

 

QUI NOUS SOMMES 

Nous sommes plusieurs bénévoles de l’association MigrENS à vouloir mettre en perspective notre démarche pour l’accompagnement administratif et la reprise d’études des personnes en situation d’exil ayant le statut d’étudiant.e.s invité.e.s à l’ENS.

Depuis plusieurs années, nous organisons des formations à destination des bénévoles afin qu’ils soient plus à même d’accompagner les exilé.e.s dans leurs démarches administratives en vue d’obtenir l’asile, de reprendre des études, de disposer d’une protection sociale, d’obtenir le droit de travailler… Ces formations, dispensées par des juristes, travailleur.ses sociaux, bénévoles expérimenté.e.s et militant.e.s, nous ont montré à quel point il était important d’adopter une approche réflexive sur notre propre pratique, mais aussi plus largement sur l’exil.

 

Axes du séminaire 

IMG/jpg/affiche_se_minaire_du_pei.jpg Penser l’exil, c’est reconnaître, en dépit d’un discours médiatique souvent simplificateur, le caractère complexe de cette notion et des phénomènes qui s’y rattachent. Cela vaut d’abord pour les catégories utilisées pour désigner les personnes en situation d’exil (“migrants” ; “réfugiés” ; “demandeurs d’asile” ; “personnes en situation irrégulière” ; “immigrés”), lesquelles ne sont ni neutres ni purement descriptives. En même temps qu’elles renvoient à des notions juridiques ayant trait au droit d’asile et au droit du travail, elles désignent aussi une certaine réalité sociale qu’elles contribuent à construire : d’où l’importance d’adopter une posture critique vis-à-vis du langage, des notions et des concepts que nous utilisons pour appréhender cette réalité. 

Cela vaut aussi pour les transformations massives et souvent sous-estimées, que les phénomènes d’exil et de migration provoquent non seulement dans les sociétés de départ mais aussi d’accueil : des transformations d’ordre social, politique et culturel. Cela vaut enfin pour l’impact psychique de ces parcours et trajectoires déplacées sur ceux qui les vivent, comme l’attestent depuis plusieurs années les études en ethno-psychiatrie, en anthropologie culturelle et en psychanalyse.

Quelle définition donner de l’exil ? Quels vécus et expériences s’y rattachent ? Quel impact politique et culturel a-t-il sur nos sociétés ? C’est sur ces trois volets que se concentrera le séminaire. Conscients du rôle décisif de la recherche dans la compréhension de ce phénomène et de ses différentes facettes, nous comptons convier des chercheurs venus d’horizons divers – le droit, la philosophie, l’histoire, la sociologie, les sciences politiques, – pour l’aborder dans une optique interdisciplinaire et interroger le cadre politique et juridique de l’exil aujourd’hui.

Le séminaire s’intéressera aussi à l’importante production artistique (littéraire et filmique notamment) qui s’est constituée autour des expériences d’exil. Sur le versant littéraire, nous proposerons à des écrivains et chercheurs en littérature de venir prendre la parole, comme ce fut déjà le cas l’an passé avec l’écrivaine italo-somalienne Cristina Ali Farah à la journée Voix et mots de l’exil (avril 2019). Sur le versant filmique, plusieurs séances du séminaire consisteront en des projections de films suivies de débats avec le.s réalisateur.s, dans la mesure du possible. Certains d’entre eux étaient invités au printemps 2020, et nous serions heureux de décaler la projection-débat annulée en raison de la pandémie, notamment avec Nicolas Jaoul, chercheur en sciences sociales à l’EHESS et réalisateur d’un documentaire sur les camps de La Chapelle (Bariz). Il en va de même pour notre événement avec Sylvie Dutertre, épouse de feu Rachid Oujdi, connu pour avoir avoir réalisé J’ai marché jusqu’à vous, Prix du Public comme meilleur long-métrage au festival Amnesty International 2017.

Enfin, notre troisième axe, consacré aux vécus de l’exil, sera marqué par l’invitation de médecins, travailleurs sociaux et bénévoles : il interrogera non seulement les effets psychiques et personnels de l’exil, mais visera également un retour réflexif sur nos propres expériences. 

 

Notre activité de recherche au sein de l’école

Depuis plusieurs années, MigrENS a, dans un souhait d’articuler l’engagement de l’association et la pratique de la recherche, activement participé à l’organisation de journées d’études et de rencontres. Parmi ces initiatives, citons la présentation de l’Atlas des Migrants à l’ENS (janvier 2018), la Semaine italienne 2017 consacrée aux thématiques de l’immigration, la journée d’étude Femmes en exil (mars 2018), la participation au Forum des migrations organisé conjointement par l’Institut Convergences Migrations et le département d’histoire de l’ENS, et enfin cette année, notre participation au colloque international “Migration(s) et nouvelles appartenances communautaires : usages, reconfigurations et (ré)appropriations de l’espace”.

Notre initiative s’inscrit dans le prolongement de ce travail, et surtout, dans la continuité du premier séminaire d’élèves intitulé “Penser l’exil aujourd’hui”.

  

Invités et offre de formation 

Après nous être réunis pendant plusieurs années de façon hebdomadaire à l’ENS afin de tenter de comprendre le fonctionnement des procédures du droit d’asile français, les modalités d’accès au système de protection sociale français pour les étrangers, ou encore le “droit” du travail des personnes exilées, demandeuses d’asile ou en situation irrégulière sur le territoire, nous souhaitons par cette initiative, donner une certaine visibilité aux questions liées à l’immigration et proposer à chacun de se joindre à nous. Nous sommes persuadés que ce séminaire enrichira l’offre déjà abondante de formations proposée par l’école : de nombreux élèves pourront y découvrir une pluralité de disciplines, mais aussi d’approches et de manières de pratiquer la recherche.

Les formations à destination des bénévoles nous ont permis de comprendre à quel point il était nécessaire de relier les questionnements théoriques et culturels à l’action sur le terrain : notre intention est donc de faire dialoguer une pluralité d’interlocuteurs, (chercheurs, acteurs du monde associatif et militant, artistes). Enfin et surtout, ce séminaire donnera la parole aux élèves du Programme Etudiant Invité directement concernés par ces thématiques, ainsi qu’aux jeunes chercheurs membres de MigrENS et élèves de l’ENS, qui depuis plusieurs années mènent des parcours de recherche sur les thèmes de l’exil et de la migration.

En ce sens, il nous semble que la rencontre avec MigrENS a constitué pour de nombreux anciens et nouveaux bénévoles une occasion de repenser leur parcours et leur engagement dans la recherche, mais aussi de participer à un renouvellement dans leurs disciplines respectives. 

 

 

PROGRAMME DU PREMIER SEMESTRE 2020

SÉANCES EN VISIO-CONFÉRENCE 

 

Séance 1 : lundi 5 octobre - 18h à 20h
Le nom des étrangers. Catégories de l’asile et de l’immigration en France
Alison Bouffet (r-e-s-o-m-e / Université de Paris)
https://us02web.zoom.us/j/88001831598

 

Séance 2 : lundi 19 octobre - 18h à 20h
La mise au travail des étrangers
Frédéric Salin (EHESS)
https://us02web.zoom.us/j/85879638560

  

Séance 3 : lundi 26 octobre - 18h à 20h
Comment l’Europe a-t-elle externalisé ses frontières ?
Sophie-Anne Bisiaux (Sciences Po / Migreurop)
https://us02web.zoom.us/j/85607282157

 

Séance 4 : lundi 2 novembre - 18h à 20h
Mémoires refoulées dans la ville : les traces du colonialisme et de l’esclavage entre France et Italie
Igiaba Scego (écrivaine), Wu Ming (collectif d’écrivains), Association Mémoires et partages
https://us02web.zoom.us/j/89579635740

  

Séance 5 : lundi 16 novembre - 18h à 20h
Expression et persécution : rencontre avec des journalistes exilés
Taha Sidiqqui
https://us02web.zoom.us/j/89344260264

 

Séance 6 : lundi 14 décembre - 18h à 20h
Un an après, retour sur l’après révolution au Soudan
Hamad Gamal, Fouad Ibrahim
https://us02web.zoom.us/j/89223994780

 

Séance 7 : lundi 11 janvier - 18h à 20h
Un patrimoine en péril : l’héritage architectural de Sanaa
Laurent Bonnefoy (Sciences Po / CNRS), Sadek Alsaar de l’association Salam for Yemen
https://us02web.zoom.us/j/85761909273

  

Séance 8 : lundi 18 janvier - 18h à 20h
Soigner les étrangers ? L’Etat et les associations pour la couverture des étrangers en France
Caroline Izambert (EHESS)
https://us02web.zoom.us/j/89145837073

 

 

Portfolio